Ces derniers temps de nombreux articles ont été écrits sur le thème de la manipulation de l’information à l’ère des réseaux et médias sociaux. Photos recadrées, sorties de leur contexte. Vidéos ne correspondant pas à la période citée ou au pays mentionné, faux comptes Twitter, absence de sources… Toutes les manipulations possibles sont utilisées pour entretenir la désinformation, la rumeur, le dénigrement… L’utilisation des médias et réseaux sociaux comme le retweet automatique sans vérifier l’information participent-ils à la propagation de la manipulation de l’information ? Comment vérifier l’information face aux manipulateurs ? Quels outils peut-on utiliser ? Outre le fait que les canaux de communication ne cessent de s’accroitre, que chaque individu devient une source d’information, le simple quidam devient l’annonceur de THE «breaking news», retweeté, liké, partagé par ses amis, followers…

 Twitter le canal de la viralité

Le 6 Juillet 2013 à 21h13 David Eun vient d’être victime d’un crash, il partage sur Twitter un post du réseau social Path, la photo de son post est explicite, un avion de la compagnie Asiana Airlines (sud-coréenne) d’où se dégage une épaisse fumée noire. Le partage sur Path vers Twitter nous donne de précieuses informations. Première information, la viralité du tweet plus de 35 000 interactions dont 31 648 Retweets et plus de 4092 favoris.

Le post de Path donne une indication géographique : San Francisco International Airport (SFO) Path permet en effet de géolocaliser les photos lors des posts.

Path

 

Le tweet de David Eun nous donne également des informations sur la vérification des faits, depuis le 19 août 2013 Twitter a ajouté la fonctionnalité d’articles associés au tweet lorsque celui-ci correspond au sujet mentionné dans le tweet. Cette fonctionnalité permet de vérifier et de croiser l’information via des sources différentes.

Note : les articles associés ne sont pas visibles lors de l’embed d’un tweet

On remarquera que la photo de David Eun a été largement reprise dans les médias en omettant de mentionner la source de la photo…

Les articles associés sous un tweet

Dans le cas du tweet de David Eun l’information a peu de chance d’avoir été manipulée, la géolocalisation nous renseigne sur le lieu, les articles connexes des medias, les faits sont facilement vérifiables, mais ce n’est pas toujours le cas…

La manipulation photographique

Il existe plusieurs manières de manipuler une photographie : modifier le contexte d’une photo pour en changer le sens est l’une des manipulations que l’on retrouve assez régulièrement sur les réseaux sociaux. Plus la photo est choquante plus l’émotion enjoindra les personnes à partager une information manipulée.

Le 21 juillet dernier Olivier Cimelière publie un billet intitulé « Déontologie : Frédéric Haziza peut-il encore se dire journaliste ?« , dans cet article Olivier pointe un tweet du journaliste de LCP (la Chaîne Parlementaire), ce billet illustre parfaitement une tentative de manipulation de l’information par la photographie, fait grave lorsque de surcroit la personne exerce la profession de journaliste.

 Frédéric Haziza tweete cette photographie le 21 juillet lors de la manifestation pro-Palestiniens à Sarcelles. Lorsque l’on regarde la photographie on peut voir y voir un manifestant désigné comme un « pacifiste » pro #Hamas menaçant un fonctionnaire de police avec une barre de fer. Avec les hashtags Hamas et Sarcelles nul doute que cette photographie va être visionnée par des dizaines ou centaines voire des milliers de personnes possédant un compte Twitter.

Vérifier l’information sans outils : l’observation

Pourtant deux choses intriguent, le type de moto utilisé par les fonctionnaires de police et la bordure verte et blanche… Si l’on observe la photographie l’axe routier où se déroule la scène est plutôt important, la ville de Sarcelles n’a pas échappé à la cartographie de la Google Car pour le projet Google Street View, il est alors assez facile de se déplacer sur les grands axes de la ville pour vérifier si l’on retrouve un lieu similaire photographiquement parlant. Après plusieurs minutes de navigation sur street map aucune bordure verte et blanche ne peut être observée…

Sarcelles-Street-Map

On peut retrouver facilement cette photo (0m4s) dans une vidéo Youtube postée en 2009, mais également dans le blog « Le blog moto » dans un article intitulé « La moto en Iran, moyen de révolte mais aussi de répression. » source : http://www.boston.com/bigpicture/2009/06/irans_disputed_election.html (Photo 27) article daté du 15 juin 2009.

Voir l image

Frédéric Haziza a justifié son erreur en indiquant qu’il avait cliqué sur la mauvaise photo pour illustrer son tweet, on peut imaginer qu’il s’est également trompé sur le texte du tweet, décidément quand la malchance vous poursuit…

Un autre cas de manipulation de l’information assez récent et mis en avant par Gregory Rozieres dans le Huffington Post dont le titre est le suivant : « Manif pour tous: non, cette photo montrant des enfants bâillonnés n’a pas été prise ce dimanche« . La photo représente des enfants bâillonnés par un tissu sur lequel est collé un autocollant « FRAGILE ».

Si on observe de plus près certaines parties de la photo on peut lire un détail : « Liberté Nicolas » en rapport à Nicolas Buss (opposant au mariage homosexuel qui a été écroué pour sa participation à des actions contre la loi Taubira). Avec la nouvelle fonctionnalité de Twitter qui permet dans la recherche avancée d’afficher les tweets jusqu’en 2006, cette fonctionnalité devient un véritable outil de « fact checking » concernant les photos et vidéos… Je retrouve effectivement l’autocollant dans un tweet :

 

Nous avons donc ici deux tweets avec la même photo mais à deux périodes différentes 30 septembre 2014 et 29 août 2013 :

La vérification de l'information à l'ere des reseaux sociaux

En Juillet la photo peut être retrouvée sur un blog : https://effondrements.files.wordpress.com/2013/07/enfants-fragiles.jpg

Voir l image
Si l’on recherche avec certains mots-clés spécifiques sur Twitter pour la période de mai à septembre 2013 on retrouve la photo datée cette fois-ci de juin 2013 :

La manipulation vidéo

C’est le lundi 10 novembre qu’une chaine Youtube diffuse une vidéo intitulée « Syrian Hero Boy »(vidéo retirée depuis). Cette vidéo cumule plus de 6 millions de vues. Le 11 novembre 2014 le compte Twitter officiel de « The Telegraph » publie un tweet « Syrian ‘hero boy’ appears to brave sniper fire to rescue terrified girl. Watch: http://fw.to/UAzaXER   » où l’on peut voir un petit garçon syrien sauver une petite fille sous les tirs nourris de snipers. La scène est filmée en version images volées agrémentée de « Allahu akbar » plus vrai que nature. 150 retweets, 69 favoris, On peut analyser autour de l’article du Telegraph 4300 interactions…

 

Partage de l'url du Telegraph

Cette vidéo est reprise par d’autres médias et journalistes officiels dont l’AFP :

La scène est analysée par Amira Galal de la BBC  :

 

Vérifier l’information avec des outils spécifiques

Les photographies

Il existe plusieurs outils qui permettent d’analyser en ligne les photos diffusées sur le Web et ainsi vérifier l’information. Une des plus utilisées est la recherche inversée, qui permet de rechercher une photo, image soit en envoyant directement la photo depuis votre ordinateur, soit en indiquant l’URL de la photo. La plus connue est celle de Google Images. C’est l’outil que j’ai utilisé pour retrouver la photo sur le blog, petit conseil : utilisez les bons mots-clés et ciblez une période donnée à l’aide des « Outils de recherche ».

Utilisation de Google image pour vérifier l'information

La photo apparait alors dans les résultats :

Verifier l'information : google images

Si vous recherchez une photo d’un pays spécifique, en plus de Google vous pouvez utiliser les moteurs de recherche inversée locaux :

Yandex pour la Russie

Yandex la recherche inversée Russe

Baidu pour la Chine

Baidu : la recherche inversée chinoise

En dehors des moteurs de recherche, il existe également des outils spécifiques comme Tineye, cet outil en ligne a indexé une immense base d’images provenant du Web. Plus de 7,826,613,621 images (7.827 billion images) y sont indexées. Son fonctionnement ne diffère pas de la recherche inversée de Google, vous pouvez en effet envoyer une image depuis votre ordinateur ou copier / coller l’URL d’une image :

La recherche inversée avec TinEyeOutre le nombre de photos indexées cet outil est intéressant pour les informations qu’il fournit dans les résultats de recherche, les options de filtrages qu’il propose mais également les plugins mis à disposition pour les navigateurs (Firefox et Chrome). Si l’on reprend le cas de la photo tweetée par le journaliste de la Chaîne Parlementaire et que l’on l’upload dans la recherche de TinEye on obtient 241 résultats. L’outil nous permet de filtrer les résultats par date de « crawl » (d’indexation) ici la plus ancienne indexation date du 15 juin 2009.

TinEye : La recherche inversée

 Les données EXIF et IPTC

 Certaines données (métadonnées) sont enregistrées dans l’image, c’est le cas des données EXIF (Exchangeable image file format) et IPTC Core (International Press Telecommunications Council). Les données EXIF peuvent contenir le nom de fichier de la photo, le type d’appareil photo et des données spécifiques à la prise de vue (la focale, l’utilisation du flash ou non, la sensibilité iso,). Ces données sont consultables sur des sites comme Flickr ou Google + :

Les données EXIF sur Flickr et Google+Certaines informations sont importantes lors de la vérification d’une information comme la date de prise de vue, elle permet de replacer la photo dans un contexte. L’orientation (portrait ou paysage) permet de savoir s’il manque des éléments d’une photo. Voici un exemple d’une photo en mode portrait (recadrage de la photo « crop »), où l’on peut voir un adolescent courir :

kenya2

La photo en mode paysage précise le contexte…

kenya1Source : The Hacker Factor Blog

Les données IPTC Core contiennent des informations de contact et de contenu (le nom du créateur, adresse, la ville…)

Les données IPTC

Si vous souhaitez obtenir rapidement des informations sur une photo voici 3 plugins pour Firefox que j’utilise régulièrement, l’ensemble des fonctionnalités se trouvera dans votre clic droit :

3 plugins pour Firefox

 

fotoforensics est un service en ligne assez puissant il analyse non seulement les métadonnées (EXIF et IPTC Core) mais également les manipulations sur les photos grâce à la fonction ELA (Error Level Analysis), ELA mesure la quantité de changements au cours d’un nouvel enregistrement de l’image après modifications (comparez les photos B et D et observez la dégradation de la compression). Voici un exemple de manipulation grossière qui permet de mieux comprendre cette fonctionnalité :

A) Photo d’origine :

La photo originale

B) Photo sous ELA :

8d6bc61a80cf8d3f62c340bf328e8f88558540e8.206043C) Photo manipulée (ajout de deux personnes en premier plan) :

La photo modifiée

D) Photo sous ELA :

1a0ce462e2a59c92974579b7953a7029ce15acf1.195568

ELA permet d’analyser les différents niveaux de compression de l’image, pour les images en JPG et PNG. Ce site est comme un microscope il va vous montrer les données et les différences de niveaux de compression mais il ne tire aucune conclusion.

Dans la même lignée vous connaissez WolframAlpha ? Ce service internet permet d’obtenir des réponses à des questions d’ordre factuel, il est capable d’analyser une photo assez finement. La version gratuite donne accès à certaines informations et des détails photographiques sous la forme de miniatures. Il suffit de poser la question dans la case de recherche « analyse URL de l’image »

wolframalpha

Vous obtiendrez différentes informations sur la taille, les couleurs utilisées, dominantes, les métadonnées…

wolframalpha analyse image

Les vidéos

Début juillet 2014 Amnesty International lance le site « citizen evidence » mettant à disposition des conseils et outils pour authentifier les vidéos Youtube. Voici la vidéo de présentation du site :

 

 Citizen Evidence met à disposition un outil en ligne « YouTube Data Viewer » permettant d’ extraire les métadonnées des vidéos hébergées sur YouTube, très utiles pour traquer le contenu original. Très simple d’utilisation il vous suffit de copier / coller l’URL d’une vidéo Youtube pour extraire les données :

Youtube DataViewerLa date d’upload apparait dans les données extraites de la vidéo elle permet de replacer la vidéo dans un contexte. Les différentes miniatures permettent d’utiliser la recherche inversée de Google et ainsi de retrouver les différents canaux où la vidéo a été partagée.

Manipulation de l’information, conclusion :

Twitter est devenu une véritable agence de presse en ligne, l’information arrive par flot et de tous côtés, compte perso, compte officiel. La rapidité d’information et d’informer n’a jamais été aussi importante. Dans ce contexte d’infobésité il devient nécessaire de prendre un certain recul face aux lucky luke du tweet. Si les devoirs des journalistes n’ont pas changé, ils doivent être encore davantage vigilants à l’ère des médias sociaux, la manipulation, notamment des images et des vidéos étant accrue. Pour rappel :

Déontologie et journalisme

Il existe plusieurs chartes rappelant les droits et devoirs des journalistes parmi elles la charte de Munich signée par la Fédération européenne des journalistes le 24 novembre 1971, on y retrouve 5 droits et 10 devoirs dont :

  • Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité
  • Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents
  • Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ;
  • S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information