Le principe de la curation est une pratique largement répandue aux US, et commence à s’imposer en France comme une solution de stratégie de contenu face à la multiplication des sources disséminées à travers les blogs, les réseaux sociaux, les plateformes de partage, le Web 2 en général. L’ère du partage  de l’information a sonné. Tout citoyen est capable de nos jours avec la multiplication des canaux digitaux, des services en ligne, de partager des idées, valeurs, de commenter l’information et de ce fait de passer de l’anonymat à un statut d’expert.

Les piliers de la curation

Le socle de la curation de contenu repose sur 5 piliers fondamentaux

Premier pilier : la définition d’un périmètre de recherche, le spectre de la recherche peut être large ou précis, un focus  donné par exemple. Si je contextualise l’objet de votre curation peut être : Les médias sociaux ou un aspect particulier et plus précis par exemple Twitter.

Le second pilier réside dans l’agrégation des sources, celle-ci peut être automatique ou manuelle. Par agrégation automatique j’entends l’utilisation de service Web permettant de récupérer un ou des flux sans action de l’utilisateur.

Troisième pilier de la curation le tri, ou la sélection d’un contenu existant. C’est une des étapes les plus importantes. Le choix du curateur va déterminer la qualité de sa curation. Cette mise en avant d’un contenu doit être à la fois une source qualifiée pour le curateur mais aussi pour sa future  communauté.

Quatrième pilier éditorialisation, cette phase est chronophage mais elle est essentielle dans la curation elle fait partie de sa colonne vertébrale son ADN.

Dernier et cinquième  pilier de la curation : le partage, c’est ce que l’on peut appeler la caisse de résonance numérique du curateur, où tout ou partie de la communauté devient l’écho digital de la curation.

Les 5 piliers de la curation

Du Bookmarking à la Curation

 Les 5 étapes décrites ci-dessus sont nécessaires à la curation, Les quatre premiers piliers sont le socle de votre curation. La qualité va dépendre des piliers 3 et 4, le livrable permettra de définir votre notoriété. Si les différentes étapes ne sont pas respectées, le processus de curation ne peut exister. Mettre en avant un contenu auquel vous n’ajoutez pas de données supplémentaires correspond à du bookmarking.

Différences entre Bookmarking et Curation

Concrètement une application comme FlipBoard ou un service Web comme Paper.li ne peuvent être utilisés comme des outils de curation, car ils ne permettent pas l’ éditorialisation des contenus. L’inverse n’est pas forcément vrai, les plateformes de curation peuvent être utilisées comme des outils de bookmarking, le pilier 4 « l’Éditorialisation » n’étant pas une étape obligatoire à la publication du livrable.

 Tendances des recherches Bookmarking et Curation en France

Ce graphique montre que le terme de « curation » en France a véritablement émergé dans les recherches sur Google fin 2010, début 2011 et que les recherches sur ce terme ont quasiment immédiatement dépassé celles sur le « bookmarking ». On notera l’émergence de deux régions Paris-Ile de France et la région Rhône Alpes.

L’éthique du curateur

Manipuler le contenu des autres

Lorsque l’on manipule le contenu des autres il est nécessaire de ne pas perdre de vue que ce que vous allez mettre en valeur ne vous appartient pas. Sans les producteurs de contenu la curation et donc le curateur n’existeraient pas. Tout comme un blogueur va le faire pour son blog le curateur doit mettre en place une ligne éditoriale. Comme tout canal d’information il existe de bonnes et de mauvaises pratiques. Les bonnes pratiques sont :

  • Respecter l’auteur du contenu, et le curateur par exemple en les citant,
  • Respecter la source, en indiquant clairement l’URL
  • Ne pas modifier le contenu, ni la source,
  • Donner un point de vue qui enrichit le contenu existant,

Robin Good La curation est encore jeune en France, même si elle commence a être bien ancrée dans les pratiques du Marketing de contenu, nous sommes encore loin derriere les US. S’il y a un curateur à prendre en exemple c’est Robin Good, italien Publisher et créateur de  MasterNewMedia.org. En observant ses différents topics il est assez facile de définir un curateur actif d’un curateur passif.[divider]

Curateurs Passifs VS Curateurs Actifs

Pour être un curateur actif, il faut :

  • Publier régulièrement pour optimiser la « fraicheur du contenu »,
  • Éditorialiser vos titres et vos images illustrant votre curation,
  • Produire de véritables « insights » en commentant les articles mis en avant,

La curation est une pratique qui peut devenir chronophage, le curateur devient un métier complémentaire à celui de veilleur.

L’éthique entre curateurs

Les différentes plateformes de curation donnent accès aux univers d’autres curateurs, ce qui permet de découvrir d’autres sources de curation, de compléter sa veille. Il est possible et intéressant de reprendre le contenu d’un curateur dans sa propre veille. Le partage est une vertu, la curation valorise l’auteur du contenu. Mais le duplicate content intégral d’une veille, est une des pratiques déviantes possibles de la curation : le passeur devient alors un aspirateur de contenu.

M pratique de la curation  Voici un exemple de l’ensemble d’une curation qui en quelques secondes a été dupliquée, je peux comprendre que le partage soit une valeur ajoutée, mais reprendre entièrement une thématique de veille ne favorise-t-il pas l’infobésité au sein même de la plateforme de curation ? Quel est l’intérêt pour un curateur de copier coller l’ensemble d’une même curation ? Ce phénomène est heureusement isolé, et ne reflète pas le comportement des vrais curateurs. S’il se généralisait, il représenterait un véritable danger, non seulement pour la curation mais plus généralement pour les pratiques liées à l’information et aux contenus sur le web.[divider]

Conclusion

L’écosystème de la curation est un réel bénéfice pour la mise en valeur d’un contenu existant. Pour cela le curateur doit respecter une certaine éthique en plus des bonnes pratiques. Aujourd’hui la curation US reste un modèle côté  pratique de la curation, le respect des 5 piliers est une première étape. Qu’il soit professionnel ou amateur, on reconnaîtra un véritable curateur à son honnêteté intellectuelle. Gageons que les autres prennent conscience des enjeux de cette pratique, pour que cet outil continue de constituer un guide précieux au coeur de l’infobésité.