On ne compte plus les sites et autres blagues relatives à l’éventuelle domination prochaine des geeks sur notre monde. Le geek, cet être qu’on décrit comme ayant le teint pâle, portant des tee-shirts obscurs pour revendiquer sa filiation avec Dark Vador, qui s’exprime en alt, w00t et autre raccourcis clavier méconnus ; Le geek est un bouc émissaire qui n’est pas rancunier. Entre deux LAN parties, le Geek s’est frayé une place dans cette société si moqueuse, et qui semble retourner sa veste, parce que finalement : Etre geek c’est cool, c’est tendance  !

Nul n’a pu ne pas remarquer l’engouement pour la mode des Ray Ban Wayfarer, tee-shirts floqués à la Sheldon Cooper de la célèbre et incontournable série The Big Bang Théorie qui a propulsé sur le devant de la scène la geekitude. Cet enthousiasme ne s’arrête pas à la mode vestimentaire et à la capacité de positionner ses doigts simultanément sur ctrl+shift+esc : NON !

Les geeks dominent bel et bien le monde.

  • Comment ont-ils réussi ?
  • Où était la faille ?
  • Où sont-ils ?
  • Sont-ils en train de nous geekifier contre la volonté de notre plein gré ?

Bienvenue dans le Monde des Geeks

Pour bien comprendre en quoi les geeks dominent le monde il est essentiel de comprendre une partie de leur univers : le jeu. La plupart des jeux disposent d’un système propre de méthode d’accumulation de points ou de valorisation, que ce soit les :

  • Real Time Strategy (RTS),
  • Les Jeux de Rôle (JDR/RPG),
  • Les First Person Shooter (FPS),
  • Et autres Massively Multiplayer Online Role-Playing Game (MMORPG).

Quand on est gamer on parle d’achievement. Cela consiste, ni plus ni moins, à atteindre un objectif grâce à l’accomplissement de plusieurs actions, positives ou négatives, parfois (souvent ?) itératives. Ces « trophées » sont complémentaires au jeu mais n’altèrent en rien la quête initiale. Il s’agit plus d’une amélioration de conditions, peu importe la forme qu’elle va emprunter :

  • Tuer 1000 créatures
  • Mourir 500 fois

Autant de rétributions qui prennent des formes diverses, comme atteindre un palier, et qui contribuent à accroitre l’esprit de compétition entre les geeks. Oui, le Geek veut aussi dominer les autres geeks, et collectionne les récompenses, et autres trophées personnels à l’image de Gollum et son Precieux. Preuve inéluctable de sa puissance.

Transfert sur les réseaux sociaux

Il en est de même sur les réseaux sociaux si on y réfléchit bien. Les likes sur Facebook, les retweets (RT) sur Twitter sont des sortes d’achievements. Obtenir un certain nombre de likes sur une page Facebook, vous permet de décrocher le ticker de page vérifiée, authentique. Pareil sur Twitter avec les comptes certifiés qui permettent d’authentifier les identités. Google + fait de même avec ses noms validés, bien que les « achievements » soient plus stricts.

ticker_validation_des_comptes

Forme de validation de comptes sur Facebook, Twitter et Google +

Les indicateurs d’influence démontrent également l’implication de la culture geek. Le klout, par exemple, permet d’attribuer des +k et donc d’en recevoir, ce qui améliore un score relatif à notre influence et notre activité sur Twitter. On ne refera pas le débat sur le Klout, on sait qu’il part en quenouille. Cependant tout comme dans Donjons et Dragons, on acquiert des points d’expériences/d’expertises qui nous permettent de passer au niveau supérieur.

Foursquare n’est pas en reste quant à l’infiltration des geeks. Le titre de Mayor  et autres badges sont l’équivalent d’une reconnaissance. Un trophée reçu grâce à un achievement consistant à réaliser plusieurs check-in dans un même lieu. Le klout et Foursquare ayant fait alliance, on peut désormais cumuler les mandats : être le Maire ET la personne la plus influente du lieu. Brandissons fièrement nos titres de Mayor en fond d’écran et dégainons notre Klout Score, la quête de la domination est en marche.

Ebuzzing Lab a repris le flambeau de Wikio (devenu comparateur de prix après son rachat par Kelkoo), qui entretenait un classement des blogs. Aujourd’hui la plateforme ebuzzing propose un classement des vidéos, des news, des blogs, et des marques.

La popularité des blogs et des articles sont calculés grâce à notre algorithme prenant en compte les partages et les recommandations de contenu sur Twitter, Facebook, les blogs et les principales plateformes d’échange de contenu.
Source : http://social.ebuzzing.fr/corporate/ebuzzing-labs/ 

In Real Life, la consommation par point

La vie quotidienne semble avoir adopté le même procédé. Le consommateur se voit récompenser de part et d’autre. Les portefeuilles s’emplissent de cartes de fidélité diverses et variées. Une collection qui s’accroit de jours en jours. On récompense chaque achat. S’il ne l’est pas immédiatement, il le sera une fois que les 10 achats seront atteints, comme le veut l’accoutumé.

Un consommateur se sent V.I.P en se voyant offrir des avantages, des réductions, des invitations à des ventes privées, des cadeaux même. Il obtient un titre de « privilégié », dû à ses consommations, à l’exécution d’achievements, ce qui impacte sa situation de manière favorable.

recompense_stm

points_smile

Conclusion

Le principe de la rétribution semble s’être généralisé. Les achievements sont multiples et à tout niveau ; ils améliorent sans cesse nos situations, notre condition, sans pour autant compromettre la quête initiale.

Le réflexe de Pavlov basé sur l’expérience du chien et de la cloche générant la salivation, démontrait l’existence de réflexe inné et de réflexe conditionné. Avec la propagation du scoring, les geeks semblent faire glisser la tendance vers la théorie qu’annonçait le psychologue Américain Burrhus Frederic Skinner : le conditionnement opérant, dit aussi béhaviorisme. Les geeks nous ont observés, tout comme l’a fait Skinner, ils ont analysé nos environnements et nos interactions. Bien qu’aujourd’hui on parle de comportement cognitif, les geeks ont compris ce qui faisait avancer le monde : la récompense. Via des procédés simples, quasi invisibles, on a peu à peu adopté le comportement adéquat, attendu.

Comme disait Le Prisonnier dans les années 60, série télévisée du même nom :

je-ne-suis-pas-un-numero